La Légende des Mers


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Systèmes monétaires

avatar
L'ÉruditAdmin
Date d'inscription : 10/06/2013
Messages : 388
Voir le profil de l'utilisateur http://legende-des-mers.forum-canada.com
MessageSujet: Systèmes monétaires Mer 12 Mar - 9:30


Les systèmes monétaires


Les années ont permis aux peuples de Samudra de retrouver des façons de commercer qui datent d’avant la Chute. Il y a une poignée de systèmes monétaires principaux, la plupart étant basés dans chaque région du monde, mais certaines existent partout. Il existe des Changeurs, qui peuvent changer la monnaie d’un peuple en celle d’un autre peuple, mais c’est une opération très rare que seuls les marchands marins tendent à faire, car ils pourront utiliser les pièces des autres peuples autre part durant leurs voyages. C’est le genre de services qu’on retrouve dans les grandes villes comme Klahän, Sensunmon et Bretran. Voici une présentation sommaire d quelques systèmes monétaires couramment utilisés.



Le Troc


Bien que désuet dans l’œil de certains, le troc reste la façon principale de commercer entre des peuples qui ne se comprennent pas toujours. Ainsi, nous voyons souvent des échanges de matériaux nécessaires entre différents peuples et tribus, sans que soit échangé le moindre mot. Si, dans certaines régions plus peuplées, ou plus « civilisées », le troc est régi par une série de conventions, il n’est pas impressionnant de savoir que chez les Asheti, par exemple, les échanges se font selon les besoins courants. Ainsi, il peut être possible d’échanger quelques poulets contre une tonne de bois, si cela sied aux deux. Dans les contrées Rajasa, le troc s’effectue selon une série de convention, ainsi, la valeur de chaque item échangé est comparée à celle d’un kilogramme (ou cent kilogrammes) de riz. Il est possible d’avoir des échanges de biens plus précieux, mais généralement on a recours à ce mode d’échange de manière instinctive pour des besoins majoritairement primaires, comme l’eau, la nourriture, les vêtements et les matières premières.


Les Kumm’ta


Il n’est pas rare de voir des peuplades avec un niveau technologique moins avancé que d'autres, ou encore avec moins de commodités. Depuis quelque temps, le Grand Empire de l’Éternel, tout particulièrement, fait affaire avec d’autres races à l’aide de ses énormes ressources artistiques. En effet, on voit l’échange de biens précieux contre d’autres biens précieux, mais aussi contre des objets qui n’ont pas la même valeur au poids. Une arme contre du riz n’est pas un échange rare, car l’arme de métal aura une valeur beaucoup plus grande de par sa rareté. Ce système tient en compte la rareté de chaque objet, et l’importance de l’objet échangé. C’est un mode que l’on retrouve particulièrement chez les Rajasa qui n’habitent pas la capitale, les Naveediels, les Vodnì. Lors de ces échanges avec d’autres peuples, il n’est pas rare de voir des Asheti payer leur part à l’aide de Kumm’ta, de véritables œuvres d’art. Ce sont des bracelets faits de coquillages colorés et tressés (on les retrouve parfois en colliers) qu’ils utilisent pour payer des biens lorsqu’ils font affaire avec les Naveediels, les Rajasa ou encore, avec les Laikens qui voyagent entre leurs îles.


La valeur du métal

Les Laikens possèdent un système commercial à cheval entre le troc et la monnaie. En effet, ils échangent des biens comme le font les autres peuples, au poids ou par leur valeur écessaire, mais le véritable signe de richesse est le métal. En effet, on peut compter de plus en plus que les échanges sont payés en métal, peu importe sa forme. Ainsi, les marchands échangent leurs bien contre des pièces des autres peuples, ou encore des armes, armures, broches et lingots car ce sont les métaux qui gèrent l’économie. Cela simplifie aussi leurs échanges entre les diverses tribus qui peuplent leurs mers. Les métaux les plus communs ont moins de valeur, mais les métaux précieux comme l’argent, l’or et le platine valent plus cher. Les métaux les plus précieux sont ceux que les Easÿels échangent avec eux : l’alcite blanc et le Kaërite.

Ils accordent une valeur moindre aux pierres précieuses de façon générale, mais elles sont traitées comme le métal par la haute noblesse et par les tribus du sud qui les utilisent dans la confection de bijoux, d’armes. Cependant, à Trehest, les pierres précieuses ont la plus grande valeur, car elles sont utilisées comme catalyseur pour les navires runiques.



La monnaie


Klahän et ses environs

Hyan'to

Dans la ville de Klahän, la monnaie courante est celle des Hyan’to. Faites de coquillages coupés et marqués du sceau de la ville, elles sont très difficilement falsifiables, car on utilise des couleurs particulières pour chaque type de pièces et elles sont toutes marquées du signe de la ville et de la signature du maire de l’époque qui les a créées. Certaines personnes sont spécialisées dans la confection de ces pièces, alors que d’autres sont des Changeurs professionnels, basés dans la capitale. Les Hyan’to viennent en plusieurs grandeurs et en plusieurs valeurs, mais elles sont toutes faites sur le même modèle de base : un anneau qui fait entre un centimètre de diamètre et trois centimètres de diamètres, de couleurs différentes marquées par une mince spirale, le la signature du maire et les marques de confection.

Leur valeur est attribuée, donc elles n’ont aucune valeur à la vente, elles ne sont pas précieuses en soi, cela pour éviter la fonte comme le faisaient certains membres d’anciennes sociétés. Cependant, leur création contrôlée donne un aperçu véritable de la richesse de la ville, comme l’argent papier.


Chez les Easÿels


Comme la ville d’Idrakhaël possède de grandes ressources de métal, de même qu’Archelaüs et tout l’archipel ouest de la Mer des Douleurs, les Easÿels peuvent se permettre une monnaie en métaux précieux. Certes conscients qu’il ne s’agit pas là du meilleur système (dû au poids du métal), ils savent qu’ils ne peuvent dilapider d’autres ressources plus rares pour de seules fins de devises. Les pièces sont au même format que celle de l’Ancien Empire, avant même que l’Ordre du Ciel existe, un rappel à la société qu’ils étaient autrefois, lorsqu’ils vivaient encore sur la terre. Elles sont donc acceptées par tous les Easÿels comme une valeur sûre, et plusieurs Laikens s’en servent pour marchander. Elles sont même acceptées dans la plupart des contrées fonctionnant avec un système monétaire comme le Grand Empire de l’Éternel ou encore à Klahän, car elles sont de métal et si elles n’ont pas la même valeur, elles peuvent être fondues et reformées. Certes, la quasi-disparition des Easÿels de la surface du monde connu a fait reculer l’utilisation de cette monnaie, pourtant elle sert toujours à plusieurs marchands qui l’utilisent pour sa valeur standardisée. La présence de pièces récentes (moins de 10 ans) prouve au reste du monde que les Easÿels ne sont pas encore disparus.

Les pièces sont parfaitement rondes, d’environ 1,5 cm de diamètres à quatre centimètres (les plus rares). Celle avec le moins de valeur sont généralement grisâtres. Un alliage étrange entre un métal pur et un métal complètement noir, elles ont un diamètre de deux centimètres et arborent une rune, alors que l’autre côté est orné d’une image du palais d’Archelaüs ou du signe du conseil pour les plus récentes. Les autres ont des images semblables, mais certaines sont rosées alors que les plus pures sont blanches. On nomme ces pièces selon les noms suivants : Zaraht (Charité, la moins chère), Jhazaht (Bénédiction), Jarth (Espoir) et la Kiraht (Pénitence, très rare).


Grand Empire de l’Éternel

Le seul autre état à posséder des pièces de monnaie est l’empire Rajasa. Chacune des pièces est ronde et marquée de sa valeur en Hai Su Bai d’un côté et en Riyan de l’autre, au centre elles possèdent un trou carré qui leur permet de faire des colliers de pièces. Ce système devient de plus en plus désuet, cependant, avec l’expansion de l’empire et aussi avec l’importance monétaire. Depuis quelques temps, on a vu apparaitre en plus des pièces de métal, des scriptes créés sur du papier de riz qui se roulent et sur lesquels on inscrit une valeur fixe. Ceux-ci représentent la valeur fixe de certains biens, soit des pièces ou des objets de chaque personne. Ces hansatsu sont devenus très courants. Au début, ils étaient créés par des moines, mais ce travail les éloignait de leurs buts principaux de méditation, et aussi d’aide au public. Ainsi, dernièrement a été créée la première véritable banque dont le but est de créer au nom de l’empereur ces scriptes qui permettent d’échanger librement sans le poids complet des pièces. Ceci est une nouveauté dans le Nouveau Monde et beaucoup de gens, particulièrement chez les Asheti, les Laiken et les Vodnì ne comprennent pas la valeur de simples bouts de papier.

Pièces (Masun)


Scriptes (Hansatsu)

Systèmes monétaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Légende des Mers :: Débarquement :: Contexte et règles-