La Légende des Mers


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Une arrivée ... impromptue [Aidan]

avatar
Camden Boritsi
Date d'inscription : 01/09/2017
Messages : 1
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Une arrivée ... impromptue [Aidan] Mer 15 Nov - 16:18

Camden soupira doucement. Son souffle laissa planer dans l’air un petit nuage de fumée quasi-opaque. Une dizaine de Naveediels s’adonnaient à leurs tâches sur le pont du navire. Ils étaient plutôt bien habillés, pourtant seulement une poignée d’entre eux semblent relativement à l’aise. Le seul noble à bord portait des vêtements chauds, pourtant il sentait toujours le froid lui mordre le visage cruellement et le vent cribler ses habits. Il songea retourner dans sa cabine pour se protéger de la température. Le capitaine l’avait cependant prévenu : ses chartes n’étaient pas encore à jour. Le monde changeait, et les cartes étaient, au mieux, imprécises. Les mers du nord étaient dangereuses : des pics se cachaient sous la surface des eaux tumultueuses et les mouvements des glaciers étaient difficiles à prévoir. L’avancée était donc lente et pénible.

Un autre soupir. Il gardait un œil sur l’horizon. La ville qu’il recherchait était sur une des îles les plus peuplées de la mer de Tyrwar. Elle aurait dû se trouver quelque part au nord-ouest. Ils étaient en chemin et bravaient le froid depuis au moins deux semaines. Un navigateur de la région n’aurait pas été de trop. C’était d’ailleurs la raison principale pour laquelle ils feraient un arrêt dans la ville de Slypkler. Il faisait confiance à son équipage : les Naveediels étaient de bons navigateurs, mais quelqu’un issu de cette région lèverait un poids sur ses épaules.

Bref, ses yeux gris étaient posés sur l’horizon. Comme tout le monde, il espérait voir au loin une lumière évasive ou la fumée de cheminées. Même un village isolé pourrait leur être d’une grande aide.

Camden grogna doucement, ennuyé. Son navire n’était pas très grand, c’était un simple vaisseau qui perçait les eaux pour atteindre de bonnes vitesses de croisière. Il ne s’agissait cependant pas d’un navire guerrier ou d’une embarcation pouvant transporter un énorme cargo. Il n’était que l’un des vaisseaux de l’armada de la famille Boritsi. Comme la mer était calme, il décida de grimper au mat avant pour mieux voir. Un homme plus aventureux se serait peut-être hissé sur la figure de proue, mais il se contenterait de la hauteur. Une fois en hauteur, il plissa les yeux en regardant à gauche comme à droite.

Le coucher de soleil semblait durer depuis des jours… il semblait difficile de s’orienter sur cette mer sombre. Il sorti de sa poche une longue vue. Elle aurait probablement été pathétique face aux technologies anciennes, mais elle suffirait.

« Terre à l’Ou-! »

Il venait tout juste d’apercevoir la forme d’une île où il semblait se dessiner la forme d’un château. Il fut cependant interrompu dans son appel par le grincement de la roche contre la coque en bois du navire. Ils longèrent le pic pendant ce qui semblait être de longues minutes, pourtant il ne fallut que quelques secondes pour se libérer de l’emprise de celle-ci. Camden s’agrippa aux cordes rattachées au mat. Il posa un genou sur la plateforme de bois pour mieux se retenir et être plus stable et attendit que la secousse passe. Il se sentit complètement figer. Il était totalement au fait des dangers des voyages en mer. Il aurait pu faire quelque chose, il le ferait s’il avait à le faire.

Il tourna la tête vers le capitaine qui avait déjà commencé à beugler des ordres en tentant de reprendre le contrôle du navire.

« Saliani! Vérifie la cale! Juliosso, Unaeo – aux voiles ! Ali’ian – dirige-nous vers l’ouest ! DÉPLOYEZ LES VOILES ! »

On sentait dans sa voix tout le stress de la situation. Périr en mer n’était agréable pour personne, mais périr à quelques dizaines de kilomètres de la terre était tout simplement insultant. Camden descendit sur le pont inférieur puis rejoint l’homme qui se trouvait à la cale. Il sut tout de suite qu’il y avait un problème. La fente sur le côté du navire n’était pas énorme, mais l’eau y coulait abondamment.

Il remonta sur le pont principal et chercha du regard des gens légèrement moins occupé. Il les héla pour leur signaler de descendre à la cale pour commencer les réparations, quitte à briser certains des bancs pour le bois. Son ton était intransigeant. Personne n’aurait douté un instant qu’il avait du sang noble.

Même avec les voiles déployées et les réparations en cours, cependant, le temps et les vents jouaient contre eux. Ils se dirigeaient vers la terre mais ils s’enfonçaient trop rapidement dans l’eau.

Le capitaine vint voir le seigneur qui se trouvait sur la proue, obsevrant avec attention la silhouette qui se détachait à l’horizon.

« Sire Boritsi… » Même si le capitaine dirigeait l’équipage, il était entièrement redevable à la famille Boritsi, ainsi il savait faire preuve de déférence. « Nous avons lancé les fusées de signalement, mais… »

« Je ne suis pas sûr non plus. Je ne vois aucun navire qui approche. »

« Oui… je… »

« Pas un mot de plus, Ignio. »

« Mais si… »

« Non. Ne dis rien. » Son ton était tranchant mais il n’était pas en train d’abuser de son autorité… d’accord, peut-être un peu. Mais il ne se montrait pas fâché ou mécontent. « Amène les hommes dans la cale. Je m’en occupe. »

Le marin hocha de la tête lentement. Il savait que certains Naveediels savaient manipuler les éléments. La magie n’était pas particulièrement mal vue, sauf dans certains cas très spécifiques… il ne s’obstina pas et se rendit au sous-sol, appelant ses hommes à sa suite.

Lorsqu’il fut seul sur le pont, à contempler la situation sinistre face à lui, Camden regarda l’infinité autour de lui. Il ne connaîtrait pas la mort ici. Il se rendit à l’avant et posa un genou et ses paumes directement sur le pont de bois. Ses yeux devinrent brumeux et il se laissa emporter par le flot des brumes. L’équipage n’en eut pas conscience, du moins il ne le cru pas, mais le navire se dissipa en un nuage de brume et se mit à traverser les eaux à une vitesse fulgurante, quasiment invisible à l’œil nu.

Camden se concentra aussi longtemps qu’il le put pour maintenir le sort actif. Sa concentration fut suffisamment longue pour que le navire arrive au port où il se rematérialisa. Malheureusement, Camden ne put voir leur arrivé triomphante car il s’écrasa telle une roche sur le pont, drainé de son énergie, mais au moins, l’équipage serait sauf et pourrait réparer le navire… bien entendu, il avait songé à la réaction des habitants de Slypkler… après tout, un mur de brume fonçait sur le ville et un navire apparu dans leur port… mais tout cela serait mieux que la mort assurée et rapide dans les eaux glacées de la mer du nord. Bien entendu… il ne s’attendait pas à avoir presque immédiatement la visite du prince guerrier de la ville.

Une arrivée ... impromptue [Aidan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Légende des Mers :: Mers Nordiques :: Mer de Tyrwar :: Slypkler-